HEP VAUD
Début navigation chapitre
Fin navigation chapitre
Début contenu

Le programme et les conférences

Dernière mise à jour le 1 avril 2015

Les conférencières et les conférenciers du 3ème colloque international "De l'intégration à l'inclusion scolaire" vous présentent leur intervention en quelques mots. Pour plus de détails sur le déroulement du colloque, téléchargez le programme.

Découvrez les différents intervenants du colloque et téléchargez le programme.

Michel Chauvière
Directeur de recherche émérite au CNRS CERSA
Université Paris 2 (France)

Entre norme d’inclusion et intelligences éducatives, quelle refondation pour l’école?

Partant de la nécessité de refonder l’école, en la recentrant sur l’élève, l’intervention se développera dans trois directions. D’abord essayer de déconstruire l’orientation dite inclusive en la considérant comme une reformulation discutable de l’idéal scolaire mais aussi un possible outil de lutte contre les inégalités et leur reproduction. Puis examiner les intelligences dont a besoin l’éducation au XXIe siècle, entre cadre, contenu et actes, autrement dit entre institutions, savoirs et éthique de l’implication. Enfin aborder les problèmes de concurrence et de coopération entre professionnels, parents et médias.

Hermann Duchesne
Professeur émérite, Université de Saint-Boniface (Canada)

Communauté éducative et inclusion scolaire: rôle crucial de la direction d’établissement

Après avoir cerné la réalité complexe que recouvre l'expression "communauté éducative", nous en examinerons les principes fondamentaux de son développement et établirons un parallèle avec ceux qui sous-tendent le mouvement vers l’inclusion scolaire. Nous discuterons ensuite du leadership que doit assumer la direction d’établissement dans la formulation d’une vision éducative commune, la mobilisation des acteurs et la construction de partenariats, le développement d’un climat de collaboration, d’entraide et de soutien, parmi bien d’autres responsabilités.

Lise Gremion
Professeur formatrice, Haute école pédagogique
du canton de Vaud (Suisse)

L’ambition d’une école pour tous: entre élans sociaux et silences complices

Le droit à l’éducation pour tous n’est pas un projet généreux, c’est une prise de position radicale, démocratique qui veut favoriser l’égalité des chances et l’accessibilité de tous à la formation et à la participation pleine et effective à la vie de la communauté.

Or, bien que les Etats aient progressivement inscrit cette ambition au cœur de leurs législations, comment comprendre la récurrence des résultats de recherches qui soulignent l’accentuation des inégalités? Depuis plus 50 ans, des deux côtés de l’Atlantique et avec une récurrence déconcertante, les élèves appartenant à des minorités culturelles, ethniques, les garçons et les enfants de milieux ouvriers ou économiquement et socialement précaires sont plus que les autres discriminés. Ces élèves, plus souvent référés à des mesures spécialisées, accumulent un retard qui diminue progressivement leurs possibilités d’accès à la formation et pénalisent à coup sûr, au sortir de la scolarité, leur avenir professionnel et social. D’autre part, comment comprendre que même lorsque l’école inclusive est une composante du système scolaire, dans les classes spéciales qui subsistent, les caractéristiques des élèves qui les composent sont relativement peu associées à ce placement?

L’ambition de l’exposé est de montrer comment se produit la marginalisation des élèves les plus vulnérables socialement en fonction d’éléments aussi arbitraires que la date d’obligation scolaire ou le lieu de domicile. Mais aussi, comment ces élèves accumulent, au cours de ce processus, des désavantages qui concernent moins leurs difficultés que les interactions sociales, les tensions et les silences de la communauté éducative.

Éric Plaisance
Professeur émérite, Université Paris Descartes (France)

Les revendications parentales et associatives pour le droit à la scolarisation. Contextes nationaux et influences internationales

Le droit à la scolarisation et à la formation, y compris professionnelle, fait désormais partie du catalogue des droits des personnes handicapées dans la Convention internationale des Nations Unies. Mais la déclinaison concrète de ce droit est fonction des contextes nationaux et de l’histoire des institutions et des cultures propres à chaque pays. Nous nous  proposons de prendre appui sur la situation française pour présente:

  • quelques éléments historiques sur le militantisme des années 60 où développent  des associations qui  à la fois réclament une meilleure attention aux enfants handicapés et développent progressivement leurs propres institutions en marge de l’école ordinaire, en devenant gestionnaires;
  • l’évolution des revendications, principalement à partir de la fin des années 90, qui se situent de plus en plus sous l’égide du droit à la scolarisation;
  • l’ambiguïté du thème de la scolarisation qui peut être entendu comme une scolarisation en milieu scolaire ordinaire et, éventuellement dans un dispositif scolaire particulier, ou comme une scolarisation interne aux établissements non scolaires. Dans ces conditions, l’inclusion scolaire revêt des sens multiples selon les acteurs concernés;
  • quelques cas récents de recours à des tribunaux de la part de parents et d’associations en cas de non scolarisation ou de l’absence de place d’accueil pour des enfants en situation de handicap. Ce qui pose la question générale de la judiciarisation actuelle de certaines revendications.

Le retour vers les débats internationaux, particulièrement au niveau européen, permettra enfin de s’interroger sur la «désinstitutionalisation» présentée comme une nouvelle orientation  en faveur d’approches dites «communautaires».

Tania Ogay
Professeure, Université de Fribourg (Suisse)

Réduire l'écart entre l'école et les familles? Reste à savoir qui bouge et se rapproche de qui...

 La transition entre le monde de la famille et celui de l'école que représente l'entrée à l'école est une étape importante de la vie de tout enfant et de tout parent. La famille est alors confrontée à de nouvelles attentes voire exigences; de nouveaux acteurs  interviennent dans l'éducation de l'enfant, avec lesquels les parents sont amenés à collaborer. Constatant que l'entrée à l'école se passe plus ou moins harmonieusement, de nombreux chercheurs se sont intéressés à la school readiness, définie comme l'état de préparation de l'enfant à entrer à l'école: est-il prêt à apprendre ce que l'école tient à lui enseigner? Est-il prêt à endosser le métier d'élève? S'il ne l'est pas ou trop peu, que faire? Retarder son entrée à l'école en attendant qu''il "mûrisse"? Le "préparer" à l'école, lui et sa famille? La school readiness comprise comme état de préparation de l'enfant à entrer à l'école est ainsi centrée sur celui-ci, qui serait ou non prêt à faire le grand saut vers l'école.

Se basant notamment sur les premières analyses d'une recherche en cours sur la construction de la relation école-familles lors de l'entrée à l'école (COREL), la conférence invitera à un changement de perspective en s'interrogeant non pas sur l'état de préparation de l'élève mais sur celui de l'école: dans quelle mesure celle-ci est-elle prête à accueillir tous les enfants, plus ou moins "prêts", plus ou moins proches de la culture scolaire, comme nous y invite la vision d'une école inclusive? A l'heure où chercheurs et responsables politiques et institutionnels s'entendent pour appeler à réduire l'écart entre l'école et les familles dans une visée d'égalisation des chances, il est opportun de s'interroger sur le chemin que chacun fait, ou pourrait faire, en direction de l'autre.

Cet article vous a été utile :
 
 
 
 
 
 
Début marge
Fin marge
Fin contenu
Début chemin de navigation
Fin chemin de navigation
Début pied de page
Fin pied de page