HEP VAUD
Début navigation chapitre
Fin navigation chapitre
Début contenu

Evénement: Semaine du Goût dans les écoles

Dernière mise à jour le 13 septembre 2012

Pour marquer le lancement de la Semaine du Goût dans les Ecoles, un buffet d'inspiration médiévale sera tenu le jeudi 13 septembre à 12h00 au Château de Chillon. La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon et Josef Zisyadis, président de la Semaine suisse du Goût, seront présents.

La discipline "Education nutrionnelle" de la Haute école pédagogique du canton de Vaud participe à la tenue d'un buffet au Château de Chillon avec les élèves des établissements scolaires de La Tour-de-Peilz et de Vevey.

Intitulé "Herbes et racines" du courtil et croustade médiévale de Maître Chiquart, ce projet pédagogique vise l’exploitation d’une activité scolaire culturelle et conviviale centrée sur le thème de la cuisine du Moyen-Age. Le cadre architectural exceptionnel du Château de Chillon permet, dans un environnement historique, l’exploration culinaire de saveurs de l’époque médiévale.

Face à une standardisation des goûts, l’élaboration et la dégustation de mets inspirés «du temps jadis» permettent une approche gustative aussi enrichissante que surprenante.

Recettes médiévales

Les ateliers culinaires permettront la réalisation d’un Buffet de recettes d’inspiration médiévale:

  • Saveurs de pot-au-feu en gelée;
  • Roulades de crêpes à la truite du lac et brebis frais à la ciboule;
  • Soupe de légumes anciens à la persillade et croûtons;
  • Arboulastre – quiche aux herbes aromatiques et graines de paradis;
  • Rissoles de Maître Chiquart, cuisinier de la cour de Savoie (Amédée VIII, duc de Savoie);
  • Verrines de rillettes de féra du Léman fumée et verjus;
  • Talmouses au Gruyère vieux, raisins et noix;
  • Tartes à la raisinée.

Recette du Mesnagier de Paris (1393):
Arboulastre ou deux oeufs

Prenez du coq deux fueilles seulement, et de rue moins la moitié ou néant, car sachez qu'il est fort et amer: de l'ache, ténoisie, mente et sauge, de chascun au regard de quatre fueilles ou moins, car chascun est fort: marjolaine un petit peu plus, fenoul plus, et percil encores plus; mais de porée, bettes, fueilles de violettes, espinars et laitues, orvale, autant de l'un comme de l'autre, tant que de tout vous aiez deux poignées largement (…).

Ouvrages de référence:

  • Le «Viandier» de Taillevent (G. Tirel) – env. 1370
  • Le Mesnagier de Paris (bourgeois anonyme) – env. 1390
  • «Du fait de cuisine», Maître Chiquart – 1420
Cet article vous a été utile :
 
 
 
 
 
 
Début marge
Fin marge
Fin contenu
Début chemin de navigation
Fin chemin de navigation
Début pied de page
Fin pied de page