HEP VAUD
Début navigation chapitre
Fin navigation chapitre
Début contenu

Insertion professionnelle des enseignants diplômés des HEP

Dernière mise à jour le 9 juillet 2014

Quels sont les stratégies, les atouts et les difficultés que les enseignants rencontrent à leurs débuts ? Quelles conditions leur sont offertes dans les établissements scolaires ?

Cette thématique vise à mieux comprendre l’accès à l’emploi et les conditions dans lesquelles les enseignants novices sont intégrés dans les établissements. Elle s’appuie sur la notion « d’insertion subjective » qui rend compte du sentiment progressif de devenir enseignant. Elle décrit notamment les collaborations qui favorisent l’insertion au cours des trois premières années d’enseignement.

Cette thématique s’appuie sur deux modes d’enquête, l’un quantitatif et l’autre qualitatif. La démarche quantitative comprend l’exploitation de l’enquête annuelle par questionnaire réalisée auprès de tous les enseignants romands par le groupe INSERCH.

La démarche qualitative s’appuie sur une série d’enquêtes longitudinales par entretiens menés auprès d’enseignants de l’école obligatoire vaudoise.

Insertion subjective et réseaux de collaboration pédagogique: les enseignants novices dans les établissements scolaires.

Cette recherche vise à décrire la manière dont les établissements primaires vaudois assurent l'insertion subjective (Fournier, Monette, Pelletier & Tardif, 2000) des enseignants novices, c’est-à-dire le processus par lequel ils donnent sens à leur situation de travail, à leur métier et surtout à leurs relations professionnelles.

Objectifs :

  • opérationnaliser le concept d'insertion subjective dans le cas des enseignants primaires;
  • étudier l’impact des dispositifs mis en œuvre par les établissements pour assurer cette insertion ;
  • identifier les effets des structures relationnelles des établissements (réseaux de collaboration, de conseils, d’échanges).

La méthodologie repose sur une suite de trois entretiens annuels menés individuellement avec une vingtaine d’enseignants novices et sur des entretiens ponctuels avec les « autres acteurs de l’insertion » de leurs établissements (directeurs, doyens, répondants pour les nouveaux enseignants).

L'équipe de recherche est composée des personnes suivantes :

Catherine Amendola, Bernard André et Philiipe Losego

Contact:

Catherine Amendola: catherine.amendola@hepl.ch

Publications:

L’insertion professionnelle des enseignant-e-s : comment devient-on enseignant-e ?

L’objet de cette thèse est l’insertion professionnelle des enseignant-e-s, comprise comme un processus continu dans une « carrière », au sens de Hughes (1997). Ce processus contient trois étapes clés :

    (1) le choix de l’enseignement qui s’effectue dans « l’espace des possibles » qui s’offre à chaque individu ;

    (2) l’accès à l’emploi en fonction des stratégies réciproques des candidat-e-s et des établissements employeurs ;

    (3) l’insertion « subjective », c’est-à-dire le développement du sentiment d’être inséré-e dans sa pratique et son cadre de travail.

L’enseignement est alors considéré, non pas comme un métier, mais comme l’activité centrale dans un système plus ou moins ouvert selon l’étape à laquelle l’individu se trouve dans sa carrière.

Cette thèse est menée par Crispin Girinshuti qui est assistant d’enseignement et de recherche à la haute école pédagogique de Lausanne. Il est également doctorant à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université de Genève. Titulaire d’un master en sciences sociales, il s’intéresse à des problématiques transversales à la sociologie de l’éducation, à la sociologie du travail et à la sociologie des organisations, dans le champ de l’éducation.

Contact:

Crispin Girinshuti: crispin.girinshuti(at)hepl.ch

Cet article vous a été utile :
 
 
 
 
 
 
Début marge
Fin marge
Fin contenu
Début chemin de navigation
Fin chemin de navigation
Début pied de page
Fin pied de page