HEP VAUD
Début navigation chapitre
Fin navigation chapitre
Début contenu

Parce que la création artistique aussi, ça s’apprend

Dernière mise à jour le 1 décembre 2017

Contrairement à une vision quasi démiurgique de l'art qui voudrait, comme le déclara Mozart, parlant du sien, qu’ «il tombât du ciel», les auteurs de "Didactiques de la création artistique" postulent que tout individu a des capacités créatrices. Comment les réveiller, les développer, les transmettre et les enseigner? Grazia Giacco, musicologue et chercheuse à l'Université de Strasbourg, et John Didier, professeur formateur à la HEP Vaud, entourés de nombreux auteurs, ouvrent des pistes enthousiasmantes.

Chez Grazia comme chez John, l’œil brille, les mots se bousculent, la passion du sujet les habite. Entre leurs mains, ils tiennent le livre qu’ils ont codirigé avec Francesco Spampinato, de l’Université de Rome: Didactiques de la création artistique. Approches et perspectives de recherche. C’est là, la somme d’un travail de pionniers qui a réuni des femmes et des hommes, chercheurs, créateurs, enseignants, formateurs et acteurs de la médiation culturelle, issus de cinq pays: la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse et le Canada (Québec).

Former des créateurs, drôle d’idée?

Si l’on parle de manière récurrente et presque obsessionnelle de la créativité, le champ de la création, lui, en termes de possibilités didactiques, est resté longtemps en friches.

Stimuler la créativité? Oui! Mais former des créateurs quelle drôle d’idée, non?

«Ce qui nous intéresse dans l’approche de la création, explique Grazia Giacco, c’est le processus même qui implique quelque chose de l’ordre du laboratoire dans lequel on cherche, on tente, on fait, on défait, on se trompe, on refait. La didactique de la création permet de transposer, dans le contexte pédagogique, cette dynamique qui repose sur l’expérimentation.»

De l’activité créative à l’activité de création, il y a tout un monde qui bouleverse à la fois la posture de l’enseignant et de l’élève/étudiant. John Didier, professeur formateur à l’UER Didactiques de l’Art et de la Technologie, va droit au but: «Le but de la didactique de la création artistique est bien de donner à vivre aux apprenants une posture d’auteur, car les enfants qui créent se retrouvent, comme tout créateur affirmé, confrontés aussi à des contraintes, des échecs, mais aussi à la satisfaction de produire quelque chose de soi».

Un acte d’individuation

Pour donner corps à ce défi, les auteurs repartent de la pratique avant d’élaborer leur discours théorique, ils donnent la parole à des créateurs, à des praticiens de la création, parce qu’on ne peut se défaire de la pratique pour former des êtres plongés dans le processus de création. L’ouvrage interroge donc avec une extrême attention les méthodologies des artistes. «Nous sommes conscients, reconnaissent Grazia et John, que notre approche peut désorienter celles et ceux, parmi les enseignants, qui associent spontanément expression libre et création, alors que tant la création que la didactique de la création se nourrissent de méthodologies diverses pour conduire de la conception à la réalisation, c’est-à-dire, in fine, à une action, à un geste d’individuation.»

Les auteurs rappellent au passage que leur réflexion sur la didactique de la création artistique ne s’adresse pas qu’aux élèves des classes obligatoires et post-obligatoires et à leurs enseignants, elle s’adresse également aux étudiants en formation dans les écoles d’art ainsi qu’à leurs formateurs.

Initier le dialogue, tisser des liens, jeter des ponts

«Avec cet ouvrage, explique encore John Didier, nous avons réellement voulu plonger dans les secrets de fabrication de l’acte de transmission et, pour cela, il nous fallait lancer un vrai dialogue entre des acteurs qui, le plus souvent, ne se parlent pas. Nous nous sommes donc mis à l’écoute des créateurs, des didacticiens, des chercheurs et des médiateurs culturels.»

Cette approche motivante, transversale et transdisciplinaire, permet de jeter des ponts qui ne sont pas soumis à des cadres théoriques, d’approfondir des pratiques réfexives, capables à leur tour de féconder de nouvelles réflexions à inscrire dans la recherche-action. Une démarche qui implique aussi une prise de risque, les auteurs n’en font pas mystère: «C’est, disent-ils, en faisant éclater les champs entre les disciplines, entre les types d’acteurs, qu’apparaissent les articulations possibles, que s’élaborent les dénominateurs communs même si cette démarche implique forcément aussi des remises en question, des mises en péril, dimensions par ailleurs intrinsèques à toute création».

Mais le jeu en vaut la chandelle, bien sûr. Le livre est un jalon important dans le développement d’un courant de recherche novateur en arts et en didactique des arts et de la technologie. Il offre aussi la perspective de nouveaux outils pour les enseignants comme pour les chercheurs en art. Quant aux élèves/étudiants, qu’ils se trouvent à l’école, à l’université ou dans une institution de formation spécialisée, la posture d’auteur que leur conférera la didactique de la création, sera potentiellement en mesure de les faire passer du statut d’«apprenants plus ou moins créatifs» à «individus pleinement créateurs». Un défi que la didactique de la création se sent la volonté et la capacité de relever!

Barbara Fournier

Article paru dans Zoom no 28 - Novembre 2017

Cet article vous a été utile :
 
 
 
 
 
 
Début marge
Fin marge
Fin contenu
Début chemin de navigation
Fin chemin de navigation
Début pied de page
Fin pied de page